Ce sont les deux fameuses collines qui sont situées à Al-Masjid Al-Haram (la Grande Mosquée) à La Mecque. As-Safa était autrefois relié à la montagne d’Abu Qubays, tandis qu’Al-Marwah était relié à la montagne Qu’ayqi’ân. Cependant, au cours du processus de l’aménagement et l’extension du Masjid Al-Haram, As-Safa et Al-Marwah en ont été séparées et se sont retrouvées à l’intérieur de la mosquée après y avoir été à l’extérieur.

La distance entre As-Safa et Al-Marwah est d’environ 400 m, et au milieu du Masaa [l’endroit où les pèlerins font le Sa’a (marche) entre As-Safa et Al-Marwah], il y a des feux verts qui couvrent environ 55 m. Ces feux sont utilisés pour indiquer aux gens à partir de quel point on peut commencer à marcher rapidement et où il prend fin. C’est précisément à cette distance que Hajer, la femme du prophète Ibrahim, marchait rapidement à la recherche de l’eau pour son fils Ismail. Les hommes musulmans, et non les femmes, devraient marcher rapidement sur cette distance.

Le Saee entre As-Safa et Al-Marwah est l’un des piliers du Hajj et de la Omra (petit pèlerinage).

L’histoire de Saee entre As-Safa et Al-Marwah remonte à l’époque d’Ibrahim. En fait, l’interprétation de Saee sert à commémorer et à honorer l’histoire de la quête d’eau de Hajer pour son enfant. Le prophète Ibrahim, a reçu l’ordre d’Allah, le Tout-Puissant de laisser sa femme Hajer et leur petit fils, Ismail, seuls dans le Sahara, où il n’y avait ni eau ni végétation, pour mettre à l’épreuve leur foi. Ibrahim a obéi au commandement de son Seigneur et y a laissé sa femme et son enfant avec seulement quelques provisions de nourriture et d’eau.

Cependant, ils n’ont pas tardé à manquer d’eau et l’enfant s’est mis à pleurer d’une soif extrême. Le cœur tendre de sa mère aimante lui faisait mal et elle craignait pour lui. Alors elle est partie à la recherche d’eau. Elle a d’abord gravi la colline la plus proche, As-Safa, pour chercher de l’aide dans les environs. Ne voyant rien, elle se rendit sur l’autre colline, Al-Marwah, pour regarder autour d’elle. Elle l’a fait sept fois.

Enfin, alors qu’elle était sur Al-Marwah, elle a regardé son fils pour voir une source d’eau jaillir sous ses pieds. C’est ainsi qu’Allah le miséricordieux a fait revivre cette famille bénie, ou plutôt ranimé cette région bénie alors que des tribus arabes s’y sont installées (car elle avait maintenant une source d’eau : le puits Zamzam).